Piano

Raph DJNé en 1987 à La Chaux-de-Fonds, Raphaël Krajka débute le piano et le solfège à l’âge de six ans et demi au conservatoire de sa ville natale. Élève de Claude Berset, il obtient en 2004 un certificat non professionnel de jazz et en 2006 un diplôme d’enseignement avec distinction. Il poursuit ensuite sa formation à la Musikhochschule de Freiburg im Breisgau dans la classe de Gilead Mishory et revient en juillet 2009 avec un diplôme de concert, mention très bien (24 points sur 24). Il étudie actuellement à la Haute École de Musique de Genève en vue d’obtenir un Master en théorie musicale. Raphaël Krajka est lauréat de plusieurs prix et concours dont le prix Robert Faller, un premier prix au concours d’exécution musicale de la Société Suisse de Pédagogie Musicale (SSPM) à Neuchâtel en 2003, un premier prix avec mention au Concours suisse de musique pour la jeunesse à Lugano en 2005 ainsi que le prix spécial pour la meilleure interprétation de «Cloches de joie et larmes de rire » de Gilead Mishory au concours Lepthien à Freiburg im Breisgau en 2007. Il a participé à des Master Class avec Paul Badura-Skoda, Kei Itoh, Anatol Ugorski, Ueno Makoto, Jorge Pepi-Alos, Peter Nagy, Marc Bourdeau. Raphaël est également soutenu par les fondations Ruth et Ernst Burkhalter, Friedl Wald et Thiébaud-Frey. Il s’est produit dans diverses formations de musique de chambre, en soliste (avec ou sans orchestre), en tant que pianiste dans l’orchestre ou encore en trio jazz lors de concerts en Suisse, en Allemagne, en France et en Pologne. Raphaël explore aussi d’autres styles musicaux puisqu’il dirige dès septembre 2007 l’ensemble vocal Free’son (chanson française) pour lequel il écrit tous les arrangements. Dans le même registre, il a accompagné au piano différentes forma- tions vocales (chœurs d’enfants, de chanson française, de gospel, …) et instrumentales. Il travaille également en tant que pianiste-répétiteur lors de créations d’opéras. Au-delà de ses activités d’interprète, Raphaël enseigne le piano et l’histoire de la musique à l’Institut « La Gruyère » ainsi que ponctuellement au Conservatoire neuchâtelois.